Sport

LA SOPHROLOGIE DANS LE SPORT

La sophrologie est un outil pour améliorer sa performance dans la pratique sportive, lors des entraînements et en compétition, à tous les niveaux et à chaque âge, dans une approche individuelle comme en équipe.   Il est certain que l’entraînement technique et physique demeure primordial pour réaliser une performance dans les compétitions sportives. Cette réussite dépend des capacités physiques et psychiques transmises génétiquement, mais aussi développées par l’expérience et l’hygiène de vie.  

Les entraîneurs, fédérations, clubs et athlètes accordent actuellement autant d’importance à l’entraînement qu’à l’approche mentale et la visualisation de la performance. C’est une des clefs pour la réussite.   D’autre part, le conditionnement de l’esprit à travers la représentation mentale ou la visualisation positive augmente la perspective d’une réussite. Mais en cas de difficultés, l'athlète risque de se trouver publiquement dans une position d’échec, si la compétition ne s’est pas déroulée selon le schéma qu'il avait  conditionné mentalement. C’est pourquoi l’athlète doit pouvoir recourir à d’autres techniques qui lui épargnent un sentiment d’abattement, dans des situations imprévisibles.  

Les nouvelles méthodes de la sophrologie caycédienne sont orientées vers la mise en lumière de ses propres capacités et structures corporelles et mentales. Leur entraînement permet de s’adapter aux circonstances imprévues, à remettre en question les compétences, à surmonter les contraintes extérieures et les obstacles rencontrés.  

Les méthodes de la sophrologie caycédienne aident à nous libérer de nos anciens schémas corporels.   Il s’agit également de développer la connaissance de son schéma corporel (la représentation de ce qu’on fait de son corps) et sa sensorialité. Donc l’intégration consciente des divers mouvements et sensations, ainsi que les représentations spatiales de son corps et celui de son adversaire.  

Cette connaissance permet aussi de mesurer les efforts à fournir et de moduler l’énergie.   La pratique de la sophrologie permet la flexibilité, c’est-à-dire d’améliorer sa capacité à mettre entre parenthèses passé et futur (par exemple les classements, les erreurs vécues, etc.) pour se concentrer sur soi, vivre son geste dans le présent, se décentrer de sa présence au monde extérieur.   Ainsi, la sophrologie offre de meilleurs entraînements pour se dépasser physiquement et mentalement. L’athlète va découvrir un sens nouveau dans le respect de sa discipline et de son corps, de même que dans le dépassement de soi, la ténacité, le respect d’autrui, de l’équipe, le développement de la sportivité, etc.


LES BUTS DE LA SOPHROLOGIE SPORTIVE
 
- Stimulation de la concentration et de l’attention pendant les compétitions

- Stimulation de la confiance en soi

- Activation de la préparation mentale, évacuation des tensions négatives

- Stimulation des pensées positives, optimisme même en cas de défaite

- Gestion du stress, de ses émotions, contrôle de la peur et du trac

- Renforcement des capacités d’adaptation

- Stimulation de la créativité pour la technique du sport et la mémorisation

- Augmentation de la motivation, du plaisir, de la lutte contre la lassitude de la compétition

- Développement du schéma corporel, saisir son espace et celui de l'autre

- Réalisation de la bonne cohésion d’une équipe

- Amélioration de la connaissance de soi, meilleure compréhension des autres

- Résolution des problèmes personnels

- Prévention des maladies fonctionnelles, hygiène de vie, approfondissement du sommeil, écoute de ses sensations, limites corporelles et mentales

- Augmentation de l’énergie physique, équilibre général, renforcement de son énergie, gestion du comportement alimentaire, récupération rapide entre les pauses pendant les compétitions

- Gestes techniques et stratégie précise, focalisation sur l’objectif du geste, le fait de générer l’énergie nécessaire au bon moment

- Développer une perception fine de son corps et la précision des mouvements

- Développer la combativité

- Gérer les échecs et les douleurs